Communication de Madame la Bourgmestre aux citoyens

Chères Limbourgeoises,
Chers Limbourgeois,

Ce 16 mars, je ressors enfin… après avoir passé 7 jours confinée chez moi sur conseil du médecin. Je n’avais pas de fièvre, qu’une petite toux, mais ayant été en contact avec un porteur du virus, la précaution voulait que je reste à la maison… non pas seulement pour moi, mais pour éviter tout risque de contamination pour les autres.

Une semaine de télétravail qui aurait pu être « normale », mais le coronavirus a fait ses premiers pas sur notre territoire, des pas de souris (à ce moment), mais des pas quand même. Trois personnes ont été détectées positives à Limbourg et doivent faire face à des réactions parfois virulentes, elles qui n’ont adopté aucun comportement à risque et ont eu la réaction altruiste de nous protéger en restant chez elles. Le questionnement, l’inquiétude, la peur touchent une certaine partie de la population. A contrario, une autre partie banalise.

Les premières décisions doivent se prendre, mais ce n’est pas simple, c’est même plutôt difficile et nous avons conscience que de telles décisions peuvent être lourdes de conséquences. Le carnaval de Goé est reporté, ainsi que toutes les manifestations sur le territoire communal.
Ces décisions, nous les avons prises, main dans la main avec les associations, les représentants des médecins, pompiers et policiers avec comme seuls mots d’ordre : le bon sens et le maintien de votre sécurité. Je les remercie pour ce soutien faisant fi de leur intérêt personnel afin de sauvegarder l’intérêt général.

Les appels téléphoniques, les mails et les messages virtuels fusent. Il faut y répondre et trouver le bon message pour empêcher qu’une panique générale ne s’installe sans pour autant banaliser la situation. Pour ça, nous pouvons compter sur des agents qui n’hésitent pas à endosser d’autres fonctions que les leurs pour transmettre la bonne information ou chercher des solutions, mais également du soutien de l’ensemble des groupes politiques limbourgeois. Dans ces moments, j’ai également une pensée pour ces personnes atteintes qui deviennent les bêtes noires de certains, une pensée aussi pour d’autres qui vivent des drames qui passent (presque) totalement inaperçus, noyés dans cette actualité qui transite entre le sensationnel et la banalisation.

Depuis jeudi soir, le Fédéral a repris la gestion de cette crise en imposant des mesures fortes mais, malheureusement nécessaires. Alors effectivement, elles peuvent parfois vous sembler injustes ou incohérentes, mais elles ont été recommandées par des spécialistes et nous nous devons de les respecter. Pourquoi ? Pour endiguer ce virus, empêcher que des personnes vulnérables le contractent et surtout permettre à tous d’être soignés. Certaines personnes ou professions sont évidemment touchées de plein fouet, mais elles appliquent et rebondissent. Faisons toutes et tous comme elles.

Concrètement, que nous demande-t-on ? De ne sortir de chez soi que pour des motifs indispensables et de ne pas « dévaliser » les rayons des supermarchés.

Ce 16 mars arrive également dans votre boîte-aux-lettres le nouveau numéro de l’Infor Limbourg. Si je n’avais pas dû écrire mon mot à votre attention il y a 15 jours, j’aurais certainement insisté sur l’importance de prendre la situation au sérieux sans céder à une inquiétude contre-productive.

Ce 16 mars est enfin le jour de mon 38e anniversaire, 38e anniversaire que je vais passer au sein de mon foyer sans « grande » fête ou « grand » repas.

Respectons les mesures recommandées par les autorités, ce n’est que si nous les appliquons toutes et tous, que nous pourrons réduire cette période de privation et retrouver notre vie normale. Pensez à vous et à vos proches que vous pourriez contaminer. Pensez également aux personnes dont le métier est de prendre soin de nous. Pensez aussi à nos aînés sans visite dans les maisons de repos depuis des jours. Et certainement à tant d’autres…

Comme le beau temps revient après la pluie, la fête reviendra après cette période compliquée. Je compte sur le grand coeur des Limbourgeoises et des Limbourgeois, pour prendre soin les uns des autres.

Affectueusement.

Valérie.